dimanche 21 septembre 2008

l'église de Cormainville

DIAPORAMA ici




dédiée à Saint Pierre, a la particularité de posséder deux clochers : un mur-clocher à trois baies (on dit ici un "campanier") élevé au-dessus du choeur et, en hors oeuvre sur le côté nord, une solide "tour beauceronne" munie de contreforts, construite au XVIe siècle ; elle fut rehaussée dans les années 1860 et la toiture classique à deux pentes fut alors remplacée par une flèche de charpente. L'ensemble du bâtiment qui se signale parmi les églises rurales du canton par la qualité de la pierre et de l'appareillage est inscrit aux Monuments historiques depuis 1927.
La nef possède actuellement une voûte de briques datant du XIXe siècle; mais, au-dessus, règne une charpente, assez bien conservée, remontant au XVIIe et peut-être au XVIe siècle; le comble du choeur semble plus ancien encore et date peut-être du XVe siècle.
Le mobilier consiste essentiellement en un rétable de bois peint, imitant le marbre. Son originalité est dans les deux niches qui le flanquent à gauche et à droite et qui contiennent, au lieu des statues qu'on y attendrait, des personnages peints en trompe-l'oeil, un saint Pierre aux clés et un saint Laurent, patron secondaire de la paroisse. Le tableau central a disparu : il représentait la Trinité et aurait été offert à l'église en 1715 par un bourgeois d'Orléans nommé Vincent Regnard et par sa femme.
L'église était à la présentation de l'abbé de Bonneval. Cette abbaye a possédé un prieuré à Cormainville. Une arcature murée, encore visible au sud du choeur, représenterait une ancienne communication entre l'église et le prieuré.
Il existe aussi à Cormainville une ancienne grange dimière, remontant partiellement aux XIVe - XVe siècle, aujourd'hui intégrée dans une propriété privée. L'abbé Bordas notait au XVIIIe siècle que les moines de Bonneval « mettent les revenus [de l'église] à couvert dans une ferme qui fait l'ornement du bourg par la grandeur et la solidité de sa grange et de ses greniers ».
Bibliographie : Bulletin de la Société archéologique d'Eure-et-Loir, n° 12, 2e trimestre 1987 (Inventaire monumental : édifices religieux du canton d'Orgères-en-Beauce) ;
fiche du patrimoine ; abbé Bordas. Chrorographie du Dunois..., publiée sur son manuscrit... par Achille Guenée...- Châteaudun, 1851 - page 66.
Source WIKIPEDIA
PAROISSE DE CORMAINVILLE
1688-1700
Le 25 novembre 1688, a esté inhumé dans l'église le corps de maistre René Fouré Delahays, prestre, curé de Cormainville, agé de 43 ans ou environ. Signé : Fouré ; Lelasseur
1701-1716
Le 19e jour de mars 1705, a esté baptisé DamianJoseph Mathieu Jean, fils de Damien Huguet et de Simonne Garnier, ses père et mère, nommé par noble homme Macé Jumeau, escuyer, conseiller du Roy, lieutenant criminel au siège royal de Bonneval, prévost des marechaux dudit Bonneval ;et par Anne Marguerite Boucher. Signé : Jumeau de Malmusse ; Anne Marguerite Bouché ; J Lelasseur.
L'an 1710, le 24 aoust, a esté inhumé dans le choeur de l'église de ce lieule corps de maistre Isaac Lelasseur, presbtre, curé dudit lieu, âgé de 63 ans. Signé : Yvon ; frère François Desfosez.
En 1715, le tableau de la Sainte Trinité a été donné à l'église de Cormainville par Mr et Mme Regnard Vincent bourgeois d' Orléans, pour la décoration du grand autel de la paroisse.
1716-1733
Prise possession de la cure de Cormainville par André Lefébure, chapelain de l'ancienne congrégation de Saint Laurent en l'église de Saint Symphorien de Reims, le 26 octobre 1710.
L'année 1711, Mgr de Vaucresson a fait présent à l'église de Cormainville d' une bannière de damas rouge à fleurs, ou est l'image de la Sainte Vierge d'un coté et les figures de Siant Pierre et de Saint Laurent de l'autre, et au bas les armes de Mgr et Mme de Vaucresson, seigneurs de Lorges, ayant un fief audit Cormainville et le moulin.
Le 30e jour d' octobre 1726, j'ay inhumé au cymetière de céans, devant la croix, messire André Lefébure, curé de Cormainville, agé d'environ de 63 ans. Signé : Louis Bitton ; L Pescheteau ; Connay, curé de Fontenay ;
Commission de desservant de la cure de Courbehaye pour François Devère, curé de Cormainville, le 27 janvier 1728.
Le 13 janvier 1789, a été inhumé dans le cimetière de ce lieu le corps de maitre François Louvet, curé ci-devant de cette paroisse, agé d'environ de 78 ans.
Signé : S Deschamps ; J Doulbeau ; F Tafforeau ;
Malet, curé de Courbehaye ; J. Templier ; Deschamps, curé de ce lieu.
Source : Chroniques Paroissiales

2 commentaires:

  1. Elle est belle, très belle, comme un instant de sérénité, majestueuse et calme. Je la visiterai un jour.

    RépondreSupprimer
  2. Este foarte frumoasa! Ma impresioneaza ca se stie atatea despre ea si-mi pare rau ca la noi nu se acorda importanta acestoar monumente!
    Ela

    RépondreSupprimer